Navigation Menu+

Le monochrome est-il une technique facile ?

Le monochrome n’est autre que l’effet visuel « Noir et Blanc ». Pouvant donner une dimension vintage, mystérieuse, lugubre ou chic selon la façon dont il est utilisé, le monochrome a toujours fait le bonheur de nombreux professionnels et amateurs de photographie. Mais derrière l’aspect quelquefois simpliste de l’effet, cache en réalité une technique bien plus complexe que très peu maitrise au final.  

Comment réaliser un vrai monochrome ?

Pour réaliser un monochrome digne de ce nom, il suffira (en théorie) de respecter ces cinq étapes.
La première étape consiste à définir le format RAW pour l’enregistrement. Ce format offre un meilleur rendu que le noir et blanc basique produit par l’appareil.
Ensuite, il faudra bien choisir son sujet. Le monochrome sublime davantage les formes et les textures, par rapport aux couleurs. Les meilleurs sujets pour le noir et blanc  restent les objets, les matériaux naturels et certaines parties du corps riches en textures (peau ridée).
Après le choix du sujet vient le jeu de contraste. En l’absence de couleur, seul le contraste permet de donner une dimension à l’image et de magnifier les textures du sujet. Ici, la maitrise de la luminosité et du niveau d’ombre est essentielle.
La quatrième étape consiste à attendre que le temps se couvre. Cette étape peut paraître saugrenue, pourtant, un monochrome est de meilleure qualité si celui-ci est pris par temps couvert, voire pluvieux.
La dernière étape se fera devant l’ordinateur. Il s’agira en fait de procéder au post-traitement, plus précisément, au mélange des couches.

Quelles sont les difficultés ?

Obtenir une photo de qualité en monochrome n’est pas chose facile. Les principales difficultés étant ici de trouver le sujet idéal et contraste adéquat.
Si le sujet photographié est une enseigne lumineuse, il y a peu de chance que l’effet soit de qualité. Par contre, une banale feuille flottant sur l’eau, prise en noir et blanc, peut passer pour une œuvre d’art.
Le contraste quant à lui ne peut être défini à l’avance. A cause de la variation du niveau d’ombre et de lumière, les résultats ne sont jamais les mêmes. Le réglage doit donc être redéfini et adapté à la moindre variation.