Navigation Menu+

Les gratte-ciel : présentation, histoire et évolution

Si Les Etats-Unis d’Amérique furent les premiers à édifier les gratte-ciel, aujourd’hui, on en trouve presque sur tous les continents.

Les premiers gratte-ciel

Apparaissant au cours du XIXème siècle, dans les années 70-90, les premiers gratte-ciel mesuraient entre 40 et plus de 70 mètres de haut. Délaissant les pierres plus lourdes, la structure de ces nouveaux édifices est métallique à base essentiellement d’acier et de béton armé, plus légers. New York et Chicago furent les premières villes à posséder un gratte ciel, avec respectivement le New York Tribune Building de 78 mètres de haut (1873) et le Home Insurrance Building de 42 mètres de haut (1885). A partir de 1890, les gratte-ciel commencèrent à fleurir aux USA, essentiellement dans la ville de New York, où ils gagnèrent de plus en plus en hauteur, avec le New York Building de 94 m et le Manhattan Life Insurrance Building de 106 m.

Une course vers les hauteurs

Le XXème siècle verra la course en hauteur des gratte-ciel, non seulement aux USA, mais partout dans le monde. La mythique hauteur de 381 m de l’Empire state building, bâti en 1931, détiendra pendant des décennies le record. Lequel ne sera battu qu’en 1973 par le World Trade Center avec ses 417 m et en  1974 par la Sears Tower (442 m), aujourd’hui appelée Willis Tower, à Chicago. A la fin du XXème siècle, le continent asiatique se lance aussi dans la construction de gratte-ciel, avec en Malaisie les Petronas Twin Towers et leurs 88 étages (452 m). Les deux tours sont reliées entre elle par une passerelle située au niveau des 41è et 42è étages. Tapei s’enorgueillit avec le Tapei 101 de 508 m, tandis que la Mecque est fière de son Makkah Clock Royal Tower de 601m. Mais le plus extraordinaire et le plus haut gratte-ciel du monde, se trouve à Dubaï. Le Burj Khalifa s’élève à 828 m et il est en lui-même une merveille de l’architecture. Inauguré en janvier 2010, sa construction a commencé en septembre 2004.